//Cette semaine sur la terre avec Bowen

Cette semaine sur la terre avec Bowen

Le petit livre Bowen rend accessible à tous cette technique neuromusculaire aux effets étonnants. s’adresse autant au patient qui veut comprendre le déroulement d’une séance qu’à celui qui entreprend une formation.
Les médecins, ostéopathes, kinésithérapeutes, physiothérapeutes, massothérapeutes et autres thérapeutes manuel formés à la technique Bowen y trouvent une méthode douce et efficace qui soulage durablement les maux des individus de tous âges en réactivant les processus d’autorégulation de l’organisme, en favorisant le dynamisme énergétique de ses systèmes et le retour du corps à son équilibre original.

Télécharger gratuitement le petit livre Bowen

Download the Little Bowen Book

Bowen

La méthode Bowen consiste à faire quelques manipulations sur des points bien précis. On mettra ensuite le patient en phase de pause. C’est alors seulement que les processus d’homéostasies se mettront en marche vers des résultats profonds et durables.
Portez attention à l’importance primordiale de l’équilibre du système nerveux autonome (SNA). Ci-dessous, le Dr Nicholas Gonzalez affirme qu’une fois le système nerveux autonome est équilibré (sympathique et le parasympathique), le corps se guérit de toutes les maladies.
 
Voici quelques cas Bowen qui illustrent l’effet sur le SNA.
 

Jacob Navarro, kinésithérapeute à Paris

« Presque tous les patients resentent au moins un bien être profond (ou bien ils s’endorment presque ou la plupart bavent (une réponse vagale due à la stimulation du parasympathique !!!! et, quand je vois ça, je suis assuré que la séance aura un effet profond). »
 

Mélanie Muller, kinésithérapeute en Provence-Alpes-Côte d’Azur

« – Homme âgé de 37 ans, hypernerveux avec accès facile à la violence verbale, hyper-sudation handicapante depuis 8 ans (date de son divorce). Trois séances Bowen assez classiques. Au terme des trois séances, 40 % d’amélioration de l’hypersudation. Je le revois huit mois après, il me dit ne presque plus transpirer et aussi être beaucoup plus calme. Un homme transformé !
– Femme âgée de 48 ans, douleur et lourdeur dans le mollet gauche depuis fracture du gros orteils totalement négligée par le corps médical deux ans auparavant. Première séance à peine terminé s’en suit un fou-rire qui a duré 25 minutes non stop ! Après encore deux séances Bowen elle se sent déjà mieux.
– Une amie de 29 ans, enceinte (FIV) entamant son 5e mois, a des nausées et vomissements pluri-quotidiens depuis le début de sa grossesse et me demande de l’aider. Prudemment séquence de base et traits tirés jambes. Lors des traits tirés, elle s’est sentie pour la première fois en connection avec son bébé et elle le sentait faire des vrilles à toute vitesse dans son ventre ! Les jours qui ont suivis, elle n’a plus vomi et les nausées se sont atténuées.
– Cas de fibromyalgie. Une femme de 46 ans que je vois depuis 5 mois à raison d’une séance par mois. Aujourd’hui elle n’a pratiquement plus jamais de douleurs musculaires ou ostéo-articulaires. Elle se sent beaucoup mieux.
– Patiente 48 ans, diagnostiquée il y a 10 ans d’un lupus articulaire (maladie auto-immune). On a programmé une séance par mois, cela fait 10 mois que je m’occupe d’elle. Aujourd’hui, les symptômes de son lupus ont pratiquement disparu. Elle a néanmoins refait une crise il y a un mois. »
 

Dr Nicholas Gonzalez, médecin à New-York

fait partie d’une lignée de médecins (dont Dr John Beard et le Dr William Kelley) qui depuis plus de 100 ans, ont soigné et guéri des milliers de personnes atteintes de cancer avec un protocole fort simple : régime alimentaire, suppléments (surtout les enzymes pancréatiques) et la désintoxication.
Mais bien plus, ils ont observé, conclu et testé que les différents types de personnalité – soit sympathique dominant ou parasympathique dominant – développent des types de cancer différents – des cancers « solides » (sein, poumon, colon, pancréas, foie, utérus, ovaires, prostate) pour les sympathiques dominants et des malignités immunologiques (leucémie, lymphome, myélome) chez les parasympathique dominants.
Ils ont associé un régime alimentaire spécifique à chacun. Une diète style végétarienne pour les sympathiques dominants (pour abaisser leur sympathique) et une diète style paléo pour les parasympathiques dominants (pour stimuler leur sympathique). De même pour les suppléments alimentaires.
L’usage des enzymes pancréatiques sert à « manger » les cellules cancéreuses comme elles servent à défaire la nourriture. Tout ceci repose sur une théorie scientifique qui veut que les cancers n’ont pas pour origine les cellules matures déréglées mais bel et bien des cellules souches qui sont dans un milieu hostile (acide). L’embryologie enseigne que les cellules souches, comme celles qui forment le placenta, se promènent partout dans notre corps. Les enzymes pancréatiques ont la capacité de dissoudre les tissus, les cellules cancéreuses, même métastatiques.
Mais au delà de tout, Dr Nicholas Gonzalez affirme finalement que le plus important est d’atteindre l’équilibre entre le sympathique et le parasympathique. Bowen est champion pour normaliser le système nerveux autonome ! Vous avez lu plus haut les patients bavent, dorment, ronflent… ils retrouvent le chemin du parasympathique.
 

Dr. Lisa Samet, N.D.
Bowen à l’entrée, Bowen à la sortie !

À 37 ans, je suis tombée enceinte de mon premier enfant au premier essai. Quand celle-ci eu 14 mois, mon mari et moi avons décidé d’avoir un deuxième enfant. Après le premier mois, le deuxième mois, le troisième mois, le quatrième mois, le cinquième mois, le sixième mois, je n’étais toujours pas enceinte.
L’examen du gynécologue et le test de sperme n’ont rien montré d’anormal. J’ai pris des remèdes homéopathiques pendant cinq mois ; pas de grossesse. J’ai eu six sessions d’acupuncture en six semaines ; toujours pas de grossesse.
J’ai consulté ma thérapeute Bowen et je lui ai raconté toutes mes démarches auxquelles j’ai pensé étant moi-même médecin naturopathe ayant tous ces moyens à ma disposition et traitant souvent des cas d’infertilité. La séance Bowen a consisté à faire les procédures de base et le move du coccyx. Ma thérapeute Bowen m’a aussi prescrit le protocole que j’ai suivi à la lettre. Le mois suivant j’étais enceinte. Une coïncidence ? Peut-être. J’ai accouché d’un bel enfant.
Dix-huit mois plus tard, mon mari et moi avons décidé d’avoir un troisième enfant. Je m’attendais à tombé enceinte rapidement. Je me suis retrouvée dans la même situation. Après huit mois d’essai, toujours pas de grossesse. J’ai réessayé l’acupuncture pas de grossesse. Je suis retournée voir ma thérapeute Bowen pour un traitement incluant la procédure du coccyx. Le mois suivant j’étais enceinte. Coïncidence ? J’en doute.
Ma grossesse s’est bien déroulée et j’ai invité ma thérapeute Bowen à assister à l’accouchement à la maison avec la sage femme qui m’avait aussi accompagner pour mon deuxième enfant. Débuté tardivement, le travail était lent et faible et après huit heures de travail je n’arrivais pas à expulser la tête du bébé.
La thérapeute Bowen suggéra un move qu’on ne peut faire qu’à la fin du travail. Le col de l’utérus était complètement dilaté mais je n’arrivais pas à expulser la tête du bébé. C’est toujours une situation stressante mais particulièrement quand on accouche à la maison et que l’idée d’un transport d’urgence à l’hôpital nous trotte derrière la tête, cela ne faisait pas partie de mon plan d’accouchement. La sage-femme ne devait pas être enjouée à cette idée ne sachant pas ce qu’était le Bowen. J’ai clairement acquiescé. Quelques après le move du coccyx le bébé était sorti.
Après une vingtaine de minutes avec le bébé sur ma poitrine, la sage-femme s’inquiétait du placenta qui n’était pas sorti. Elle a eu beau faire masser le ventre et tirer dessus mais rien ni fit. La thérapeute Bowen suggéra un autre move. Quelques secondes après le placenta fut expulsé.
 

Paulette Jolly, praticienne de bien être en Yvelines

En un seul soin Bowen à une demoiselle âgée de 20 ans qui n’avait plus de règles depuis deux ans et dans la semaine qui suivait le retour naturel s’est fait. Depuis elle va bien et est moins stressée. Preuve que peu d’intervention d’éclanche les forces d’homéostasie.
 

Guy Habib, kinésithérapeute-Niromathé, Seine-et-Marne

Patiente de 40 ans qui vient en consultation pour lombalgie et cervicalgie chronique et que j’ai traitée deux fois en Bowen, me dit qu’elle ne souffre plus des lombaires mais toujours des cervicales.
Par contre elle est très inquiète et heureuse en même temps, car deux jours après la deuxième séance elle a retrouvé un cycle menstruel. (elle n’avait plus de règles depuis 8 mois) et a saigné abondamment pendant 10 jours. Et… son eczéma sur le ventre et la poitrine à disparue aussi. Elle ne comprends pas… et me regarde curieusement.
 

Didier Tharsis, kinésithéraopeute-ostéopathe-Niromathé-Bowen en Guadeloupe

J’ai été appelé auprès d’un patients qui a fait une embolie pulmonaire. Le 3e jours de son hospitalisation, il a fait un AVC. À mon arrivée, soit le 11e jours suivant l’AVC, j’ai constaté une hémiplégie gauche flasque quasi-totale, quelques fibrillations tout au plus dans les membres supérieurs et inférieurs.
Patient un peu en baisse de moral car très actif pour ses 80 ans. En décubitus j’ai fait les stoppeurs, le diaphragme partie dorsale avec une pause de 15 minutes en lui demandant d’interrompre notre conversation. Et puis le diaphragme, Hit-the-Lat bilatéral : pause de 20 minutes.
À ce moment-là, je lui ai demandé carrément de plier la jambe ; il l’a fait sans faille et a plié le genou pour l’allonger sans difficulté. Une énorme stupéfaction se lisait sur son visage !!
Je lui ai alors demandé de plier le bras ; ce qu’il a fait avec un peu moins de facilité que le membre inférieur mais une mobilité acceptable. Je lui ai donné une semaine avant de le revoir.
Voilà un cas clinique de pathologie traitée en thérapie Bowen qui a permis d’envoyer au cerveau ces informations qui ont donné lieu à cette récupération qui ne se faisait pas ; tout était un peu en stand-by. »
 

Violaine Preitner, physiothérapeute, Suisse

Patient arrivé avec une triple scoliose, une opération avec mise en place d’un sustentateur tout au long de la colonne, des douleurs atroces, une double hernie discale et une pompe à morphine mise en place depuis des années au niveau abdominal. Je le suis depuis près d’un an et le professeur du CHUV parle de mutation car sa colonne s’est redressée de façon incroyable. Ils n’en reviennent pas. Il lui reste des douleurs au niveau des hanches. Celles-ci devant se réaligner par rapport aux changements de la colonne et du bassin. Ce n’est pas facile pour lui mais il est si enthousiaste que cela fait plaisir à voir. »
2018-07-29T15:04:57+00:00

About the Author: